Chroniques Terriennes

Chroniques Terriennes

Proposé et présenté par Cecile Blanche

Pendant un an les Chroniques Terriennes ont été consacrées à l'appel "nous voulons des coquelicots .....et des abeilles". Cet appel demande l'arrêt d'utilisation des pesticides. Et donc je me suis efforcée de vous donner des informations sur les problèmes posés par l'utilisation des pesticides dont l'impact sur la biodiversité et la santé n'est plus à démontrer,et sur les alternatives possibles en agriculture.

Aujourd'hui, j'élargis le champ des chroniques terriennes en vous proposant d'autres sujets mais qui concernent tous notre VIVRE sur cette Terre

Pratiquement tous les peuples autochtones ont subis et subissent encore les ravages d’une civilisation impérialiste, technicienne , financière, aux normes qui se veulent  mondialisées et qui ont fait les beaux jours des pays, disons pour faire court, du nord.

Pour beaucoup, la seule chance de survie est la fuite, Mais beaucoup aussi, se retrouvent dans des camps de réfugiés,  par milliers et pour des dizaines d’années , dans des conditions proprement inhumaines. On aurait envie de dire inanimales tant les animaux, jamais ne font subir ce que les humains font subir à leurs congénères. Et puis certains de ces réfugiés tentent de regagner les pays de cocagne que représente pour eux,  l’Europe ;

Aussi, je vais consacrer quelques émissions à vous faire découvrir des peuples autochtones.

Mais c’est quoi un peuple autochtone ? Il y a une définition donnée par l'UNESCO Les critères  pour appréhender le concept d’autochtone :

- Une continuité historique avec les premiers habitants d’un territoire avant tout processus de colonisation

- la perpétuation volontaire de caractéristiques culturelles, touchant notamment à la langue, à leur relation spéciale à la terre, à l’organisation sociale, aux valeurs religieuses et spirituelles, au mode de production, ainsi qu’aux lois et institutions

- l’auto-identification et la reconnaissance par les autres groupes en tant que collectivité distincte

-une expérience d’assujettissement, de marginalisation, d’expropriation, d’exclusion ou de discrimination.

 

Le générique que vous entendrez au début de chaque émission est une composition de Mikis Theodorakis, Anixe to parathiro, chanté par Maria Farantouri       

 

Les chroniques terriennes - Les Mayas du Guatemala

émission du 12/01/2021 nombre de lectures : 21 lectures

Que deviennent les Mayas du Guatemala entre la violence d’Etat, les narcotraficants et les « réserves de biosphère »». Une expérience : mon voyage au Guatemala en 94


Une famille à Todos SantosLa conquête espagnole à partir de 1523, puis 300 ans après, les dictatures qui se sont succédées, Et La guerilla, depuis 1960. Cette  guerre civile aura fait 200 000 morts dont 80 % d'origine indigène et 45 000 disparus,. plus l’exil des Mayas pour échapper aux  exactions de l’armée, , A cela s’ajoute le fait que le Guatemala est devenue la plaque tournante du trafic de stupéfiant et les narcotraficants, ne reculent devant aucune violence pour protéger et étendre leur trafic, et occupent aujourd’hui la scène politique  Enfin, autre catastrophe pour les mayas : « réserve de biosphère maya »,au Peten

Cependant quelques communautés mayas  ont réussi à préserver leur identité et leurs coutumes tout en subissant les violences de la guerre civile mais pour combien de temps encore ?

Écrire un commentaire

Laisser un commentaire :