Dissonances

Dissonances
Trois fois par mois, histoire de voir les choses autrement, sous un autre angle ou dans une autre perspective, nous ferons, ensemble, un pas de côté pour prendre le temps d’écouter des parcours de vie vécus par des gens comme vous et nous, des témoignages d’histoires qui ne laissent de traces que dans la mémoire des leurs, des voix dissonantes, des voix d’hommes et de femmes, qui portent un éclairage différent sur nos rêves.

 

••• émission mensuelle :

  • première diffusion le 4ème mardi du mois à 18h00.
  • deuxième diffusion le mercredi suivant à 8h15.
  • troisième diffusion le samedi suivant à 16h00.

Dissonances du 28 mai.

émission du 28/05/2016 nombre de lectures : 604 lectures

Eléonore Echene, actrice de sa vie et de sa passion.

Eléonore Echene est comédienne ; elle a choisi de vivre en Aveyron , d’y creuser son sillon, et d’y semer des graines  . Elle porte un regard lucide et critique sur la diffusion de la culture dans le département. Remplie d’espoirs et d’énergie, digne héritière des saltimbanques de Molière, Eléonore Echene nous fait partager, avec passion, son amour de la vie et de la scène.

 

Aujourd’hui, pendant 1 heure, dans cette émission de Dissonances, préparée et animée par Josef Ulla , Eléonore Echene nous dit combien être comédienne c’est passionnant, mais aussi combien c’est un engagement quotidien ;

Aujourd’hui, il sera question de  « Cri de guerre », une pièce de théâtre, dans laquelle elle  joue, et qui donne à découvrir une vision différente du conflit de 14/18 , et des guerres en général. Et les petites graines semées ici et là par cette comédienne ne seront pas oubliées….

 

En fin d’émission ,à la 55ème minute,  nous retrouverons Elsa Dauphin pour sa chronique  poélitique mensuelle. Aujourd’hui, « La parole du poète ».

 

Habillage sonore :

Song for Budhanton, de Jan Lauwers & Needcompany

Why do I hate them so, Needcompany

Jef, Needcompany

At my mother’s, Warsaw village Band

La mort de Molière, de René Clemencic, musique du film « Molière » d’Ariane Mnouchkine

La chanson de Craonne, interprétée par Yannick Delclaux

All is quiet, Needcompany

The spinners, de Tigran (disque « a fable »)

Song for teh deer house, Needcompany

 

La musique du générique est de Zaragraf 

 

Cette émission sera rediffusée lundi 30 mai 2016, à 20 h,  et mercredi 1er juin 2016, à 11h.

 

 Cri de guerre

 

 La pièce de théâtre CRI DE GUERRE est inspirée à la fois de la correspondance entre unjeune soldat et sa famille, des lettres d’une épouse à son mari au front, et des Mémoires de Paul Cousy et J. Valadier, deux piou-piou de Saint Affrique en Aveyron.

http://www.ladepeche.fr/article/2015/02/03/2042464-cri-de-guerre-succes-pour-ce-rendez-vous-theatral.html

 

Le travail sur ces textes a permis à Agnès ECHÈNE de créer cette pièce à deux voix mais qui portent celles de centaines voire de milliers d’êtres touchés par cette Première Guerre Mondiale comme par toute guerre.

 

Contact : http://www.la-dive.com

courriel : ladivecie@gmail.com

Clausevignes, 12330 VALADY

Tel : 05-65-68-15-40  et 06-76-03-34-58

Écrire un commentaire

Laisser un commentaire :

Dissonances du 23 avril.

émission du 23/04/2016 nombre de lectures : 655 lectures

ELSA DAUPHIN, une écriture libre et engagée

Dans cette nouvelle émission de Dissonanceson se laisse porter par les mots d’ELSA DAUPHIN : une personne libre qui vit, respire, écoute les oiseaux, et écrit dans le rougier du Sud Aveyron.


Elsa Dauphin , passionnée d’écriture, de phrases ciselées et de mots justes, est l’auteur d’un roman « L’accident » . Elle nous en parle.


Dans Dissonances, Josef Ulla lui donne la parole pour qu’Elsa évoque ses convictions, son engagement, son amour de la liberté, ses indignations et colères, et son rapport à l’écriture.

 

Son dernier livre « L’accident », édité par « L’harmattan » y est présenté.

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=45136

 

 














Les ateliers d’écriture d’Elsa Dauphin.

Renseignements :  elsa.dauphin@no-log.org

 

Elsa Dauphin sera présente au Salon du Livre, organisé par l’Association Arts et Livres,  qui se tiendra le dimanche 15 mai 2016 , toute la journée, à Saint Affrique.

 

L’illustration sonore , choisie par Elsa Dauphin :

- Ibrahim Malouf interprète des morceaux tirés de son album « Diasporas » ;

- Bernard Lavillier dit « A l’école de la poésie » de  Léo Ferré ;

- Hubert Félix Tiéphaine chante Retour à Célingrad ;

- Jean Louis Trintignant dit « Pater Noster », poème de JacquesPrévert,

- Julien Clerc chante « Mon camarade » texte de  Jean-Roger Caussimon et musique de Léo Ferré.

- Bernard Lavillier interprète « L’affiche rouge », poème de Louis Aragon et musique de Léo Ferré .

La musique du générique est deZaragraf

 

Cette émission est à écouter sur Radio St Affrique, samedi 23 avril à 16h, lundi 25 avril à 20h et mercredi 27 avril à 11h

1 commentaire

  • par : Christian R le : 09/05/16 à 07:24

    Nous avons écouté Elsa et partagé ses découvertes des « rougiers » encore en liberté ???. Bon Salon du livre à tous. Amitiés Christian.

Laisser un commentaire :

Dissonances du 26 mars.

émission du 26/03/2016 nombre de lectures : 928 lectures

Une vie au service de la pédagogie Freinet : Pierre et Marie Louise Cabanes

Ils sont de la lignée de Sébastien Faure, Francisco Ferrer, Janus Korczak et de Célestin Freinet ;

Ils ont eu pour principe de chercher à développer des pratiques pédagogiques ancrées dans la réalité sociale, pour œuvrer à une réelle émancipation des enfants ;

Ils ont revendiqué une école où chaque enfant peut s'exprimer, se responsabiliser, coopérer, expérimenter et s'ouvrir sur le monde.

Dans le Sud Aveyron, ils ont pratiqué la pédagogie appelée aujourd’hui pédagogie Freinet, à l’école des Costes-Gozon. C’était juste après la deuxième guerre mondiale. Ils s’appelaient Pierre et Marie Louise Cabanes. Et qui mieux pour nous parler d’eux que leur propre fille, Mariette Leclaire.

 

Dans Dissonances, Josef Ulla lui donne la parole pour qu’elle évoque le parcours de vie de ses parents, mais aussi ses souvenirs de Jacques Prévert, de Célestin et Elise Freinet qu’elle a côtoyé dès sa plus tendre enfance.

On entendra aussi Karine Alibert, enseignante et membre du GAEM (Groupement Aveyronnais de l’Ecole Moderne) qui nous parlera des instituteurs qui pratiquent la pédagogie Freinet en 2016 en Aveyron.

 

Liens Internet :

- L’école Bric à Brac à Marseille ;

- L’école du troisième type ;

- L’institut Coopératif de l’Ecole Moderne ;

-Le film réalisé en 2015 dans la classe de Michel Duckit « C’est d’apprendre qui est sacré » :

 Trop classe », le livre de Véronique Decker, enseignante et directrice d’école Freinet à Bobigny (Seine-Saint-Denis), qui éclaire par petites touches le quotidien d’une école de « banlieue »(publié en 2016 ;

- Le film documentaire "Désir d’école", qui suit pendant un an (2013) la classe de Lucette Agostini en CP-CE1 ;

- « L’école Buissonnière » film de 1949, réalisé par Jean-Paul Le Chanois ;

- Célestin Freinet par lui-même ;

- Ouverture du colis des correspondants dans la classe de Pierre Guérin .

- Albert Dupontel: L’éducation, c’est la méfiance des règles.


 

Habillage sonore:

- Il suffirait de presque rien, interprétée par Serge Reggiani ;

- Les feuilles mortes, texte de Prévert et musique de Kosma, interprétée par Yves Montand

- La Java des bombes atomiques, de Boris Vian, et  interprétée par Serge Reggiani.

- Et La vie d’écolier d’Aldebert et interprétée par lui-même.

La musique du générique est deZaragraf

 Marie-Louise et Pierre Cabanes

Pierre et Marie-Louise Cabanes

 Mariette Leclaire

Mariette Leclaire

10 commentaires

  • par : Citton Anne-Marie le : 27/03/16 à 19:47

    Ravie d'entendre ce témoignage qui évoque l’école Freinet des Fabrettes, dans les quartiers Nord de Marseille, où sont allés mes enfants.
    J'ai toujours été extrêmement admirative de cette façon d'enseigner, admirative du dévouement des enseignants. heureuse qu'ils aient eu une enfance scolaire créative et intéressante! Avec le recul, après le primaire, , mes enfants sont entrés dans des collèges et lycées habituels, et ont très bien travaillé. Pas d'adaptation difficile. Ils sont tous les 3 ingénieurs
    Si c'était à refaire, je le referai.

  • par : Nathalie le : 27/03/16 à 19:55

    ... à la fin de l'émission, une spéciale dédicace que l'on partage en tous points !
    A écouter de toute urgence ; entendre Freinet n'est pas si fréquent...
    Merci beaucoup pour ces liens.
    Plus que jamais contre tous les beni-oui-oui -comme dit Célestin !
    Nathalie (CNT, Paris)

  • par : Veronique le : 27/03/16 à 19:59

    Merci pour la citation qui me touche beaucoup. Je viens de finir d’écouter l’émission.
    Véronique

  • par : Pierre Tauriac le : 28/03/16 à 23:19

    Merci ; je vous écoute autant que possible, quoique un peu moins depuis que je me suis mis en congés de tracteur. (mon premier geste, en démarrant la radio, était de virer Totem et d'installer Radio St. Aff! faut pas le répéter..) Je passe ce mail à mes filles, ce sera bon pour mes quatre lascars de petits fils.
    Amicales salutations et tous mon soutien.
    Pierre Tauriac.

  • par : JEAN-LOUIS ALBIGES le : 28/03/16 à 23:21

    bonjour
    excellente émission
    vive RADIO-ST AFF !
    JEAN-LOUIS ALBIGES

  • par : Nathalie P le : 28/03/16 à 23:24

    Super, merci beaucoup !

  • par : Tine le : 28/03/16 à 23:32

    Bonjour ,

    Je reçois tes émissions, elles sont très intéressantes et émouvantes, c'est chouette!

    TINE,

  • par : Clement le : 29/03/16 à 19:45

    Super émission ! Cela m'as fait penser à cet interview de Dupontel, je pense que je l'avais déjà envoyé, mais il est sur la même longueur d'onde que Freinet en fait :)

    https://www.youtube.com/watch?v=28DSIPmQ_Pw

    Clément

  • par : Christian le : 03/04/16 à 19:54

    . J’ai écouté l’émission en deux fois. Belle occasion en conclusion pour rappeler les dérives de l’enseignement.
    Christian R.

  • par : Morisse Fred le : 27/04/16 à 13:51

    A l'heure où l'enseignement part à veau-l'eau grâce à nos "têtes pensantes" et où l'école ne doit plus avoir pour mission que
    la préparation au monde de l'entreprise (au mépris du développement de l'individu), il est bon d'évoquer ces voix
    "dissonantes". D'ailleurs ça m'a donné l'envie de regarder une nouvelle fois "L'école buissonnière" .
    Fred

Laisser un commentaire :