Dissonances

Dissonances
Trois fois par mois, histoire de voir les choses autrement, sous un autre angle ou dans une autre perspective, nous ferons, ensemble, un pas de côté pour prendre le temps d’écouter des parcours de vie vécus par des gens comme vous et nous, des témoignages d’histoires qui ne laissent de traces que dans la mémoire des leurs, des voix dissonantes, des voix d’hommes et de femmes, qui portent un éclairage différent sur nos rêves.

 

••• émission mensuelle :

  • première diffusion le 4ème mardi du mois à 18h00.
  • deuxième diffusion le mercredi suivant à 8h15.
  • troisième diffusion le samedi suivant à 16h00.

CHATELDON

émission du 24/03/2020 nombre de lectures : 276 lectures

UN VILLAGE QUI MISE SUR LA CULTURE

Châteldon, en Puy de Dôme, une commune de 800 habitants qui donne une place prépondérante à la culture, s’éloignant ainsi des chemins qui mènent à la servitude, comme aurait dit Albert Camus.

Dissonances s’y rend pour suivre les travaux d’écriture de Fred Morisse, en résidence d’auteur à Châteldon, ce pays niché entre la vallée de la Dore et les contreforts des Bois Noirs, une petite cité de caractère qui a justement un sacré caractère.

Là, depuis 2000, chaque année la mairie accueille, pendant 3 mois, dans un cadre exceptionnel, des écrivains en résidence. Ils sont choyés, accompagnés, et parfois invités à s’installer à demeure. Certains l’ont fait comme Christine Flament.

Nous entendrons Patricia Chataing, adjointe au maire, Caroline Dalet, élu municipale et aussi conseillère départementale ainsi que Pascale Pointard, conseillère responsable de la commission culturelle jusqu’à ces dernières élections, nous expliquer comment on arrive à faire vivre un village en misant sur la culture et le savoir.

Alors que les élections municipales sont closes, voilà, chers nouveaux élus de France et de Navarre, de quoi vous donner des arguments pour que vos conseils municipaux fassent de la culture un point fort de leur mandature à venir.

Quant à Fred Morisse, durant sa gestation de trois mois à Châteldon, il a peaufiné l’écriture de son magnifique roman jeunesse « Sauvons les animaux du zoo ! », co-publié aux éditions Chants d’Orties et Le Bas du Pavé. Les faire-part de naissances sont partis. Son arrivée est prévue pour le 24 avril, et il sera disponible dans toutes les bonnes librairies de France.

Mais n’allons pas trop vite…. repartons à Châteldon, pour vivre la genèse de cette aventure.

chateldon

 

Pour aller plus loin :

 

-« Sauvons les animaux du Zoo ! »

 

-Résidence d’écrivain à Châteldon

 

-Christine Flament 

 

 

 

 Illustrations sonores :

 

-Devant la télévision, de et par Robi & Co

 

-Le zoo, Bernard Dimey/Jehan Cayrecastel

 

-L’ombre, de et par Leïla Huissoud

 

  

 

Cette émission, réalisée par Josef Ulla,  est diffusée sur les antennes de Radio Saint Affrique mardi 24 mars à 18h,  mercredi 25 mars à 8 h et samedi 28 mars à 16h.


 

3 commentaires

  • par : Anne-Marie le : 22/03/20 à 22:12

    Très joli reportage; plein de charme et d'idées nouvelles Il donne envie de visiter la région
    ;
    merci
    Anne-Marie Citton

  • par : Francis B le : 23/03/20 à 21:58

    Bonjour,
    vous savez sans doute que dans ce village a vécu Pierre Laval, un des personnages les plus influents du régime de Vichy.
    Comme quoi, ce sombre passé n'empêche pas les belles fleurs de la culture de repousser. Encourageant.
    Bon courage.
    Francis Bonnefous

  • par : Christian R le : 30/03/20 à 15:58

    J’ai voyagé » hier à Chateldon en Auvergne, dans ce village de gauche égalitaire pour des causes sympathiques… Vous nous avez ramené dan une région magnifique du Sanct ou j’avais tenté dans les années 1960 une expérience d’auto construction écologique, avec équipements de capteurs français solaires à 1500m d’altitudes, vendu depuis car difficile à maintenir en état? Bises. =

Laisser un commentaire :

Pédagogie sociale BRICABRAC

émission du 25/02/2020 nombre de lectures : 418 lectures

Erwan Redon

Leur port d’attache se trouve au pied des barres d’immeubles des quartiers nords de Marseille. Dans ce qu’ils appellent la tanière BricàBrac (ou Espaces Éducatifs Bricàbrac, disent les plus grands) ils se plaisent à voguer au sein de  leur magnifique rafiot où, 5 cinq jours par semaine, s’active l’équipage composé de  22 enfants-matelots  (et leurs parents), avec à la barre, Erwan et Charles, deux enseignants-éducateurs.

 

Ce rafiot vogue depuis 5 années maintenant sur les océans de la pédagogie sociale. Il s’est lancé dans cette aventure, à l’initiative de familles audacieuses, d’une poignée de militants pédagogiques  dont Erwan Redon. Ancien de l’éducation nationale, où pendant 15 ans, l’instit qu’il était a souqué ferme pour exercer sa passion de la pédagogie, se confrontant aux  vents contraires que lui opposaient sa hiérarchie, celle qui porte en horreur ceux qui sortent du moule …Erwan a préféré quitter cette institution et mettre toute son énergie dans les espaces éducatifs.

Le rafiot, vogue, avance lentement, mais il avance.

Dans ses voiles soufflent les vents venus de l’école Bonaventure, des vents soufflés  aussi par Janus Korczak, Paolo Freire, Sébastien Faure, Francisco Ferrer, etc…

Les matelots, tels des abeilles dans une ruche, chahutent, questionnent, tâtonnent, manipulent, s’activent et  vaquent à leurs occupations, dans un désordre voulu et pensé pour qu’un ordre de vie puisse s’exprimer au sein de leur République d’enfants.

 

Dissonances va vous faire revivre une pédagogique qui se pratiquait il y a peu, au sein de l’Éducation Nationale, à l’époque des classes uniques, à l’époque des petites structures, avant que concentration, et évaluation ne pourrissent les apprentissages et le métier d’instit.

 

Dans Dissonances , Erwan Redon, travailleurs de l’éducation pétri de pédagogie sociale chère à la pensée libertaire de Célestin Freinet,  raconte comment, avec son collègue Charles, ils consacrent leur temps aux enfants, aux familles et aux  adultes qui aident au fonctionnement de l’association Bricàbrac, une association qui se bat pour que cette structure éducative et sociale  existe et soit accessible aux plus démunis.

Aujourd’hui, Dissonances vous invite à découvrir la Tanière BricàBrac.Bricabrac

 

Merci à Mireille Lacombe pour l'aide à la préparation de cette émission !

 

 Pour aller plus loin :

 -Espace Éducatif BRICABRAC 

 -La tanière BRICABRAC

 -Vidéos sur des séquences éducatives à BRICABRAC

 

-L’école Bonaventure

 -Le Lycée Autogéré de Paris

 -Le Lycée Expérimental de Saint Nazaire

 -Les amis de Freinet

 -Education et pédagogie dans la tradition libertaire (Hugues Lenoir)

 

 Cette émission est dédiée à la mémoire d’ANTONI BENAIGUES

 

 Illustrations sonores :

 

-Les chansons qui illustrent cette émission sont tirées du disque « Les enfants des quartiers nords brisent la glace », réalisé à l’initiative de Daniel Baume, en 1982.

 -La dernière chanson « Dans la tanière Bricabrac » a été écrite par les enfants de l’Espace Educatif Bricabrac en janvier 2020.

  

Cette émission, réalisée par Josef Ulla,  est diffusée sur les antennes de Radio Saint Affrique mardi 25 février à 18h,  mercredi 26 février à 8 h et samedi 29 février à 16h.


3 commentaires

  • par : Fabrice -Cah- le : 23/02/20 à 20:38

    Merci pour cette émission !

  • par : Julien V le : 23/02/20 à 20:39

    Oui un grand merci pour cette émission.
    Ça fait VRAIMENT du bien !

    Solidairement,
    Julien

  • par : Didier M le : 24/02/20 à 18:14

    en voilà une belle émission !
    on se croirait sur france culture! beau travail!

    Didier

Laisser un commentaire :

ENFANTS OU DELINQUANTS ?

émission du 28/01/2020 nombre de lectures : 331 lectures

JEAN GUERY

HonoréL’équipe de Dissonances tient à vous faire entendre Jean Guéry, retraité de la Protection Judiciaire de la Jeunesse (dont il est directeur régional honoraire),  car il est l’un de ceux qui pensent haut et fort qu’un enfant qui passe à l’acte est avant tout un enfant en danger, un enfant en souffrance.

 La primauté des mesures éducatives sur les mesures répressives, c’est le socle de l’ordonnance du 2 février 1945. On passait des bagnes pour enfants, des colonies pénitentiaires aux centres éducatifs ouverts.

 

L'idée de créer des centres éducatifs fermés, anti-chambres de la prison,  germe au milieu des années 1960.

 Et c’est Jean Guéry, notre invité d’aujourd’hui, alors directeur du Centre de Juvisy sur Orge qui va  contribuer à mettre fin à cette expérimentation. Il va réussir a faire ouvrir les grilles de cette structure,  et ainsi à faire fermer ce qui fut la  dernière maison de correction .

  

25 ans après, en 2002, avec l’arrivée de Nicolas Sarkozy, les premiers centres éducatifs fermés réapparaissent. Il y en a 52 aujourd’hui.

  

-Dans Dissonances aujourd’hui, il sera question de la réforme de l’ordonnance de 1945 et du code de la justice pénale des mineurs que l’actuelle Garde des Sceaux, Mme Belloubet, veut mettre en place au 1er octobre 2020.

 -Dans Dissonances, Jean Guéry va nous raconter comment il a contribué, en 1979,  à ce qu’Alain Peyrefitte, Garde des Sceaux, père de la triste  loi « sécurité et liberté »,  renonce à son projet de création de centres éducatifs fermés.

  

Merci à Yves Hélias pour l'aide à la préparation de cette émission !

Pour aller plus loin :

- reportage journal télévisé Antenne 2 : Des bagnes au Centre de Juvisy (intervention de Jean Guéry). 5 juin 2002

-RÉFORME DE L’ORDONNANCE DU 2 FÉVRIER 45 : UNE CONSULTATION DE FAÇADE !Communiqué commun :  SNPES PJJ, Syndicat de la magistrature, la CGT, Syndicat des avocats de France, Ligue des droits de l’Homme, Observatoire internationale des prisons – France, Union syndicales Solidaires, FNUJA, FSU, Genepi, Ares.

Paris, le 2 avril 2019

- Le projet de code de la justice pénale des mineurs: des propositions inadaptées pour lutter contre l’enfermement des enfants (SAF – Syndicat des Avocats de France) Sept 2019:

- France Culture : Les enfants enfermés ou l’éducation sous contrainte ; Le centre éducatif fermé, sanction ou protection ? 29 avril 2019

 -Ordonnance du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante

-Reportage du photographe Edouard Elias dans un Centre éducatif fermé

-Article de Laurent Mucchielli publié dans la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » n°7, 2005 : Les « centres éducatifs fermés » : rupture ou continuité dans le traitement des mineurs délinquants ?

 

Illustrations sonores :

- La chasse à l’enfant, par les Frères Jacques ; poème de Jacques Prévert

- Le gorille, de et par Georges Brassens

- "Écrit après la visite d'un bagne" par Chanson Plus Bifluorée ; texte : Victor Hugo - musique : S.Richardot

- Better World A Comin'  de et par Woody Guthrie

- Prélude de Bach, en ré mineur, interprété par Yves Hélias ;

- Mustang de et par Valérie (Eloïse Ginestet, Juliette Delclaux et Laurent Mayanobe )

 

Cette émission, réalisée par Josef Ulla,  est diffusée sur les antennes de Radio Saint Affrique mardi 28 janvier à 18h,  mercredi 26 janvier à 8 h et samedi 1er février à 16h.

 

 

2 commentaires

  • par : Helias Yves le : 26/01/20 à 22:43

    Je me souviens de La Nuit du Chasseur de CharlesLaugton.Dans ce film
    Lilian Gish incarne une femme dirigeant une maison qui recueille des enfants perdus.Ce personnage réunit 3 qualités(la bienveillance, l'autorité, le courage)
    La bienveillance sans l'autorité devient vite impuissante,l'autorité sans la bienveillance devient l'autoritarisme.Quand je revois ce film,je pense à Jean Guery

  • par : Sabine J le : 12/02/20 à 22:45

    Bonjour ,

    Nous nous étions battus contre la construction d'un des premiers centres "éducatifs" fermés à Lavaur dans les années 2006 (sous Sarko), à l'époque les 6 premiers étaient en construction y compris à la demande de mairies ... communistes !

    Nous avions mené des actions très concrètes sur le terrain, il me reste des photos ... Honoré (oui celui de Charlie !) m'avait sonné l'autorisation d'utiliser son dessin du petit Prince derrière les barreaux, nous en avions fait imprimer 1000 affiches et les avions disséminées dans tout Lavaur, au réveil un samedi matin. Ça avait fait un choc à la population, mais malheureusement cela n'a pas fait le poids face à l'argument fallacieux : ça va créer des emplois !
    Bises
    Sabine

Laisser un commentaire :