Dissonances

Dissonances
Trois fois par mois, histoire de voir les choses autrement, sous un autre angle ou dans une autre perspective, nous ferons, ensemble, un pas de côté pour prendre le temps d’écouter des parcours de vie vécus par des gens comme vous et nous, des témoignages d’histoires qui ne laissent de trace que dans la mémoire des leurs, des voix dissonantes, des voix d’hommes et de femmes, qui portent un éclairage différent sur nos rêves.

 

••• émission mensuelle :

  • première diffusion le 4ème mardi du mois à 18h00.
  • deuxième diffusion le mercredi suivant à 14h00.
  • troisième diffusion le samedi suivant à 16h00.

MICHELE AUDIN

émission du 24/04/2018 nombre de lectures : 232 lectures

COMME UNE RIVIERE BLEUE.... 1871

 

Mathématicienne, oulipienne, historienne, et romancière, Michèle Audin raconte la genèse de son roman «Comme une rivière bleue » (éditions Gallimard, collection l’Arbalète).

 

Elle nous dit l’amour qu’elle porte à ses personnages Marthe, Paul, Maria, Floriss... qui vivent, aiment, espèrent, travaillent, écrivent, se battent, enfermés dans Paris, pendant les soixante-douze jours qu’a duré la Commune de 1871. 

 

Dans Dissonances, Michèle Audin nous invite à marcher à côté de quelques uns des obscurs qui fabriquent « cette révolution qui passe tranquille comme une rivière bleue ».

 

 MA

 

 

 

Pour compléter l’émission :

 

-Michèle Audin

 

-Ma Commune de Paris

 

-Page de Michèle Oudin sur le site de l’Oulipo.

 

-Maurice Audin

 

-Fragments d’Histoire de la gauche radicale

 

Habillage sonore  :

 

-« La Commune », Jean Ferrat

 

-« Tu es partie », Didier Wampas

 

-« La Semaine Sanglante » , (Jean Baptiste Clément-Pierre Dupont) interprétée par la Cie Jolie Môme 

 

-« Les mots », La Tordue

 

-« Jehan l’advenu », (Georges Brassens) interprétée par Loïc Lantoine

 

-Le temps des cerises (Jean-Baptiste Clément, Antoine Renard)

 

  La musique du générique est de Zaragraf 

 

  

 

 Cette émission, réalisée par Josef Ulla,  est à écouter sur Radio St Affrique (FM : St-Affrique 96.7 — Camarès 92.7 — Belmont 99.9 — Millau 100.6),  mardi 24 avril à 18h, mercredi 25 avril à 14h,  et samedi 28 avril, à 16h.

 

  

 

 

1 commentaire

  • par : Daniel AZAM le : 28/04/18 à 07:47

    Excellente idée que d'avoir fait cette émission. C'était un événement que de recevoir dans notre vilotte la visite de cette mathématicienne. C'est une espèce rare mais pas en disparition , espérons le . Honneur aux matheux et matheuses. Chez nous on honore encore un peu Emile Borel, mais qui se souvient de Pierre Frédéric Sarrus ?

Laisser un commentaire :

Laurent DAMETOUGLE & Hervé DAUPHIN

émission du 27/03/2018 nombre de lectures : 242 lectures

VIVRE POUR ÊTRE !

 Ils ont pour points communs d’être des amoureux des mots et de la langue française, et de vivre  pour être, non pour avoir.…. Après, ce ne sont que des différences.

 L’un est Français, l’autre vient du Togo,

 l’un est né à Lomé, l’autre à Reims,

 l’un a 17 ans, l’autre 58,

 l’un grimpe les marches d’un avenir à bâtir,        

l’autre ne rentre pas dans le moule,

 Mais tous deux sont ouverts aux autres.

 hl

Pour compléter l’émission :

               LE 11 AVRIL, MICHELE AUDIN

               à MILLAU et SAINT AFFRIQUE
MA1

  

Habillage sonore  :

 -« La mère de l’officier », Matthieu Côte

 -« La complainte des filles de joie », Georges Brassens (interprétée par Agnès Bihl)

 -« On revival day » Sine (Mourir, plutôt crever !)

  La musique du générique est de Zaragraf 

  

 Cette émission, réalisée par Josef Ulla,  est à écouter sur Radio St Affrique (FM : St-Affrique 96.7 — Camarès 92.7 — Belmont 99.9 — Millau 100.6),  mardi 27 mars à 18h, mercredi 28 mars à 14h ,  et samedi 31 mars, à 16h.

 

 

Écrire un commentaire

Laisser un commentaire :

TOMAS IBAÑEZ

émission du 27/02/2018 nombre de lectures : 470 lectures

VIVRE L'ANARCHISME

L’équipe de Dissonances se déplace à Barcelone ; elle y est accueillie par Tomas Ibañez.
Avec sa voix chaleureuse,  Tomas va nous faire vivre 70 ans d’une histoire qui est la sienne, mais aussi celle d’une partie des espagnols et des français d’aujourd’hui.
De l’Espagne, il en garde les stigmates des réfugiés de l’exil libertaire.
De la France, il nous raconte sa participation au mouvement de Mai 68, et nous fait vivre son implication dans l’émergence d’une pensée anarchiste qu’il veut ouverte. 
Et aujourd’hui, depuis cette Catalogne qui fait la une des médias, Tomas Ibanez, cet aiguillon irrévérencieux de la pensée libertaire, nous fait partager ses réflexions sur un anarchisme sans dogme, sur le pouvoir et la liberté, sur la révolution dans la révolution, et sur les nouvelles formes de luttes.
Dans Dissonances, il sera question de « A cerclé »,  de Mai 68, de Michel Foucault, mais aussi de Catalogne et de ce piège qu’est, pour un esprit libre et libertaire, l’illusion du nationalisme.
Tomas Ibanez nous invite à partager son désir de faire la révolution dans la révolution, à ne pas attendre le grand soir, mais à le vivre, aujourd’hui .

 Tomas

Pour compléter l’émission :
Biographie de Tomàs Ibañez (Le Maitron)
A Contretemps, sur Tomàs Ibañez: http://acontretemps.org/spip.php?rubrique74

Une conférence de Tomàs en vidéo : "Réflexions, approximativement philosophiques, sur l’anarchie, l’anarchisme et le néo anarchisme", janvier 2011 .
Son dernier ouvrage.Nouveaux fragments épars pour un anarchisme sans dogmes
Ecrits sur la situation actuelle en Catalogne.
 
Habillage sonore  :
-« Giriflé, Girofla », Yves Montand 
-« A Galopar », Paco Ibañez (avec Joan Baez !), 1973
-« Escuiten señores » Cristina Pato
-« Il est cinq heures » Leclou (version Lanzman-Dutronc)
-« Para cuando la vida », HK et les Saltimbanques
-« Bambi bend over and bow» de Need Company
 La musique du générique est de Zaragraf 
 
 Cette émission, réalisée par Josef Ulla,  est à écouter sur Radio St Affrique (FM : St-Affrique 96.7 — Camarès 92.7 — Belmont 99.9 — Millau 100.6),  mardi 27 février à 18h, mercredi 28 février à 14h ,  et samedi 3 mars, à 15h55.

1 commentaire

  • par : Jean le : 06/03/18 à 23:31


    Je viens d’écouter l’entretien avec Tomás Ibañez : très, très intéressant.Il faut que je le réécoute para sacarle toda la sustancia !

Laisser un commentaire :