Ça c'est Jazz !

Ça c'est Jazz !

 

Une fois par mois, Bruno, et parfois un invité ,vous font découvrir leur vision du jazz, au sens large du terme et avec un grand "J".

Embarquez pour près d'une heure de jazz dans tous ses états : une programmation variée, une approche thématique (ou pas !), une écoute attentive et passionnée...


••• émission mensuelle :

  • première diffusion le 2ème lundi du mois à 20h, en direct
  • deuxième diffusion le mercredi suivant à 13h.
  • troisième diffusion le samedi suivant à 14h.

CCJ #21

émission du 09/04/2016 nombre de lectures : 367 lectures

John Coltrane - 2° partie

John Coltrane 2

Première moitié des années 60 : créativité et éclectisme

 

01 Giant Steps

02 My Favorite Things (extrait)

03 Olé (extrait)

04 Africa (extrait)

05 Angelica (avec Duke Ellington)

06 All Or Nothing At All

07 Crescent

1 commentaire

  • par : Daniel AZAM le : 02/05/16 à 16:02

    Une heure de Coltrane, c'est dur à digérer pour moi. Heureusement, avec le site Internet on peut écouter morceau par morceau. Je trouve que Olé est original. C'est à trois temps, et on a des fin de phrases comme do ré do si ou fa sol fa mi qui se finissent par un demi ton descendant, ce qui est caractéristique du mode de mi . (ce mode étant la base d'un bon nombre de modes hispanisants ou orientaux). L'accompagnement est basé sur un petit motif répété pendant tout le morceau (qui est d'autant plus long que vous n'en avez diffusé qu'un extrait). Ca pourrait être lassant, mais ça ne l'est pas car les musiciens ont des idées. On voit par là que Maurice Ravel; avec son Boléro, a fait des émules ! A ce propos, je recommande à tous d'écouter la version Jazz de ce même Boléro par le clarinettiste Benny Goodman (on la trouve facilement sur Youtube).

Laisser un commentaire :

CCJ #20

émission du 12/03/2016 nombre de lectures : 347 lectures

John Coltrane - 1° partie

John Coltrane

Fin des années 50 : naissance d'un génie

 

01 'Round Midnight (avec Miles Davis)

02 Ruby, My Dear (avec Thelonious Monk)

03 Bakaï

04 Bass Blues

05 So What (avec Miles Davis)

1 commentaire

  • par : Daniel AZAM le : 06/04/16 à 11:39

    En effet, Coltrane jouait bien des jolis solos avant de faire du Coltrane. C'est un peu comme Picasso qui peignait des beaux tableaux avant de commencer à faire du Picasso ! Tous ces morceaux sont excellents, mais dans Bass Blues, Coltrane commence à attraper la Coltranite, c'est à dire jouer un déluge de notes. On ne reconnait la structure du blues de 12 mesures que quand il ne joue pas ! Excellent début quand même, attendons les émissions suivantes ....

Laisser un commentaire :

CCJ #19

émission du 09/01/2016 nombre de lectures : 365 lectures

Spéciale Saxophonistes

Saxophone

01 Coleman Hawkins / Picasso

02 Charlie Parker / Koko

03 Dexter Gordon / Cheese Cake

04 Sonny Rollins / St Thomas

05 Stan Getz / The Girl From Ipanema

06 Barney Wilen / Besame Mucho

07 Dave Liebman / Crescent

08 Joshua Redman / Hide And Seek

2 commentaires

  • par : Michael CHERPE le : 12/01/16 à 11:19

    Très belle émission, très intéressante.

    Petite correction néanmoins : même s'il y a bien un sax dans le Boléro (1928) , Ravel n'est pas le premier à l'avoir utilisé. En 1872, Georges Bizet a offert une belle mélodie au sax dans L'Arlésienne. Mais la toute première œuvre incluant un saxophone (un baryton), c'est Chant Sacré, d'Hector Berlioz, en 1844. C'est Adolphe Sax lui même qui jouait, et son instrument était encore un prototype, puisque le brevet du saxophone a été déposé en 1846.

    Au plaisir de vous retrouver au plus vite pour d'autres aventures jazzistiques.

  • par : Daniel AZAM le : 27/02/16 à 18:47

    Excellent émission. Vous faites commencer l'histoire du saxophone Jazz avec Coleman Hawkins. C'est toujours mieux que de la faire commencer avec Charlie Parker, comme font certains. Mais vous oubliez deux contemporains de Hawkins, qui étaient Sydney Bechet et Lester Young. deux musiciens au style complètement différent, mais deux génies . Bechet reste fidèle au style New Orleans, considéré à tort comme ringard par beaucoup, tandis que Young préfigure le Jazz moderne avec 15 ans d'avance. Certes, dans une émission d'une heure on ne peut pas faire entendre tous les styles , et vous avez parfaitement le droit de choisir ceux que vous préférez. Le problème, c'est que tout le monde semble avoir oublié Bechet et Young, et je ne comprends pas pourquoi. J'espère que vous pourrez parler un peu d'eux dans une prochaine émission. En attendant , je me suis régalé en écoutant celle ci . Un grand merci à vous.

Laisser un commentaire :