Dissonances

Dissonances
Trois fois par mois, histoire de voir les choses autrement, sous un autre angle ou dans une autre perspective, nous ferons, ensemble, un pas de côté pour prendre le temps d’écouter des parcours de vie vécus par des gens comme vous et nous, des témoignages d’histoires qui ne laissent de traces que dans la mémoire des leurs, des voix dissonantes, des voix d’hommes et de femmes, qui portent un éclairage différent sur nos rêves.

 

••• émission mensuelle :

  • première diffusion le 4ème mardi du mois à 18h00.
  • deuxième diffusion le mercredi suivant à 8h15.
  • troisième diffusion le samedi suivant à 16h00.

MARIXOL, 122 ANS DE PRISON !

émission du 23/02/2021 nombre de lectures : 82 lectures

MARIXOL IPARRAGUIRRE... Avec THYDE ROSELL et JEAN-MARC RAYNAUD

Il y a 20 ans,  Thyde Rosell et Jean-Marc Raynaud, créateurs de l’école libertaire Bonaventure sur l’île d’Oléron,  accueillent une maman et son  enfant.

En 2004, Ils apprennent par la presse l’arrestation des parents de cet enfant, suspectés d’être des militants de l’ETA, des étarras.

Cet homme et cette femme sont Mikel Albizu  et Marixol Iparraguirre.

Ils sont condamnés à 20 années de prison par la France.

En 2018, Marixol, depuis sa prison, enregistre le texte dans lequel ETA présente sa dissolution afin de s’inscrire dans le processus de paix voulu par les basques.

En 2020, elle et son mari sont extradés vers l’Espagne.

En juillet 2020, lors d’un premier procès  en Espagne , elle écope de 122 années d’incarcération.

Tout au long de cette émission, avec Thyde Rosell et Jean-Marc Raynaud, enregistrés au téléphone, nous aborderons les condition de détention des prisonniers politiques.

Comment une justice peut-elle être réparatrice quand elle soumet des femmes et des hommes à des peines, qui, de l’avis de spécialistes internationaux  de politique pénitentiaire et pénale,   s’apparentent à des peines de mort lente ?

Un gout de revanche ne planerait-il pas dans les coursives des prisons de France et d’Espagne ?

 MarixolCette émission est diffusée sur Radio Saint Affrique mardi 23 février à 18h, mercredi 24 février à 8h et samedi 27 février à16h.TRJMR

 

Pour aller plus loin :

 

-Texte de dissolution de l’ETA, en français .

 

-Texte de Thyde Rosell (mars 2020) paru dans le Monde Libertaire.

 

-Chaîne humaine de 2000 personnes pour les prisonniers basques (AFP 9 janvier 2021)

 

-Portail d’informations sur les prisonniers politiques

 

-Site des familles et amis des prisonniers politiques basques.

 

http://www.etxerat.eus/index.php/fr/nouvelles/3215-nous-nous-joignons-a-l-appel-de-bake-bidea-pour-une-grande-mobilisation-a-bayonne-le-9-janvier

 

Adresse pour écrire à Marixol Iparraguirre  Guenetxea :

 

Centro Penitenciario Madrid V

 

carretera M-609

 

28791 Soto del Real

 

ILLUSTRATION MUSICALE :

 

-Ez ez dut nahi, paroles et musique de Julian Lekuona, interprétée par Benito Lertxundi (Non, non, je ne veux pas d'une civilisation comme celle là...)

 

-Pello Joxepe, chant populaire basque chanté par Paco Ibañez.

 

-Ausencia, poème de Lope de Vega , musique Imanol, chanté par Imanol.

 

-Zergatik, par Imanol Larzabal et Georges Moustaki.

 

-Si me quieres escribir, (instrumental), chant populaire espagnol.

 

* Nous reviendrons plus longuement dans une prochaine émission (avec Pierre Prouvèze) sur la version originale de cette chanson (écrite et chantée par Julian Lekuona) et dont Colette Magny s’est inspirée pour écrire « Camarade curé ».


1 commentaire

  • par : Thyde le : 10/02/21 à 23:52

    Superbe travail un grand bravo à toi et à la dame qui a une si jolie voix.
    biz
    T.

Laisser un commentaire :

LIBRE ET TOUJOURS DEBOUT !

émission du 26/01/2021 nombre de lectures : 158 lectures

De Radio Pirate à Radio St Affrique, une épopée radiophonique de 40 ans !!

Il était une fois…. Radio Pirate !drapo Qui aurait pu croire que la petite bande de copains qui diffusaient leur radio clandestine, depuis leur voiture mobile afin d’échapper aux radars de la maréchaussée, il y a maintenant quarante années viendraient aujourd’hui sur les antennes de leur même radio raconter leur épopée….Une épopée qui ne parle pas que du passé, une épopée qui raconte le présent. Une épopée dont le futur deviendra Radio St Affrique, une radio vivante, toujours libre et fière de l’être !

De l’âme libertaire du début, en 1980, il reste toujours une fragrance qui se veut tenace.

Radio St Affrique, est une des plus anciennes radios associatives née en 1981, à rester toujours fidèle à l’esprit du début : une radio de combat au service des luttes locales, ouverte et pluraliste, une radio libre au sens propre du terme, permettant à toutes et toutes de s’exprimer, ouverte en permanence au débat et à l’esprit critique mais aussi à toutes les formes de culture ; bref un petit miracle de démocratie, certes imparfait, mais toujours vivant.

Et sur la route des utopies, sur la route des libertés, vogue Radio St Affrique, le bébé de Radio Pirate, dont nous allons entendre quelques uns des géniteurs (Alain Guillot, Geneviève et Jean Sicard) dans Dissonances.

Cette émission, réalisée par Josef Ulla, est diffusée sur les antennes de Radio Saint Affrique mardi 26 janvier à 18h,  mercredi 27 janvier à 8 h et samedi 30 janvier à 16h.

 

COULEUR MUSICALE :

 -Radio Pirate, de et par Le grand orchestre du Splendid ;
- Une petite musique, de et par HK et les Saltimbanques ; 

- Monsieur le président, de Patrick Font et par Leïla Huissoud ;
- L’espoir, de et par Michel Buhler ;

- Muñeca de trapo, par Rue des tamaris.

 

Écrire un commentaire

Laisser un commentaire :

MEMOIRE LIBERTAIRE

émission du 22/12/2020 nombre de lectures : 120 lectures

Le Centre International de Recherches sur l'Anarchisme, de Marseille

« Le devoir de chaque camarade est de ne rien jeter, de ne rien vendre au hasard, même des choses apparemment démodées ou périmées » lisait-on dans Le Libertaire de février 1948.

De là est née l’idée que le fond commun du trésor de la pensée et de l’expérience anarchiste devait être conservée et mis à la disposition de tous.

Ainsi débute l’histoire du Centre International de Recherche sur l’Anarchisme (C.I.R.A.)

Le premier d’entre eux est créé vers 1957 à Genève.

Ensuite, c’est à l’initiative de quelques anarchistes de Marseille qu’est fondé le C.I.R.A. de Marseille. L’équipe de Dissonances (Mireille et Josef) pousse donc aujourd’hui la porte du 50 de la rue Consolat et tend ses micros à Felip Equy  pour une plongée dans la mémoire écrite de l’anarchisme, d’hier et d’aujourd’hui…

Cira

 POUR ALLER PLUS LOIN :

 

Le site du CIRA de Marseille :

 

https://www.cira-marseille.info/

 

Pour leur écrire : cira.marseille@gmail.com

 

 

 

« Fragments d’Histoire de la gauche radicale », site du Collectif Archives Autonomies:

 

https://archivesautonomies.org/

 

 

 

Extrait du texte de présentation du site :

 

Notre collectif se donne pour objectif de diffuser des documents de la gauche radicale et/ou extra-parlementaire en vue de rendre possible toute réappropriation de ces productions écrites, orales, audiovisuelles et graphiques par des individus ou des collectifs intéressés par des pratiques et des discours de rupture avec l’existant. À ce titre, nous collectons des sources (revues, journaux, feuilles, tracts, affiches, ouvrages ou extraits d’ouvrages, vidéos, films, sons) sous des formats divers (retranscriptions écrites, entretiens, témoignages, documents scannés en texte ou en pdf, etc.)

 

 

 

COULEUR MUSICALE :

 


- Les anarchistes, de et par Léo Ferré ;

 

- This Land Is Your Land, de et par Woody Guthrie ;
- Anarquista, de et par Daniel Viglietti ;

 

- Un voyage formidable, de et par Les Bricabracs ;

 

- Le Grand Café, de Trenet, par Brassens ;

 

- Les anarchistes (Ferré) et Les oiseaux de passage (Brassens) par le collectif « Haut les mots ! »

 

Cette émission, réalisée par Josef Ulla,  est diffusée sur les antennes de Radio Saint Affrique mardi 22 décembre à 18h, mercredi 23 décembre à 8h et samedi 26 décembre à 16h.



Écrire un commentaire

Laisser un commentaire :