Dissonances

Dissonances
Trois fois par mois, histoire de voir les choses autrement, sous un autre angle ou dans une autre perspective, nous ferons, ensemble, un pas de côté pour prendre le temps d’écouter des parcours de vie vécus par des gens comme vous et nous, des témoignages d’histoires qui ne laissent de traces que dans la mémoire des leurs, des voix dissonantes, des voix d’hommes et de femmes, qui portent un éclairage différent sur nos rêves.

 

••• émission mensuelle :

  • première diffusion le 4ème mardi du mois à 18h00.
  • deuxième diffusion le mercredi suivant à 8h15.
  • troisième diffusion le samedi suivant à 16h00.

SOLÈNE PÉRON

émission du 26/10/2021 nombre de lectures : 16 lectures

Une vie debout et en mouvement...

Dissonances vous invite à partir à la découverte de quelqu’un qui n’aime pas spécialement se donner à entendre, qui préfère agir que pérorer, qui mène sa vie comme elle la rêve, qui refuse de rentrer dans un moule, qui refuse les peurs et les soumissions.  

 sol

Aujourd’hui, l’invitée est Solène Péron. Si nous la présentions comme bretonne, elle qui n’aime ni les frontières ni les cases, ce serait limitatif, et elle refuserait d’être définie ainsi, comme elle refuse d’être définie tout court.

 

Solène est une femme libre, qui vit sa vie dans les lisières du monde, faisant écho au poète Joan Bodon qui écrivait « c’est dans les marges qu’est la liberté ».

 

Dans Dissonances, nous entendrons Solène évoquer sa manière d’être à la vie, forgée au hasard des rencontres, aux quatre coins de la planète.

 

Dans Dissonances nous l’entendrons aussi parler de, ses amis indiens, de son partage avec le peuple aborigène, de son amour pour la musique arabo-andalouse, et son dégout de l’injustice, des chaines et des peurs.

 

Dans Dissonances, au fil de cette heure d’entretien, c’est en tirant des étiquettes où sont inscrits des mots qui lui donnent à s’exprimer, que Solène va se livrer, petit à petit. Elle va nous faire partager, non pas ses vérités, car le doute est aussi un moteur qui la fait avancer, mais plutôt un bout de sa route qu’elle continue à tracer, seule, en toute indépendance…. Une route non prédéfinie, une route qu’elle ne suit pas, une route qui se dessine sous ses pas, au fur et à mesure de ses voyages et du temps.

 

 

La page FB de Solène Péron

Couleurs musicales :

-Nougat, (Areski Belkacem, Brigitte Fontaine) par Brigitte Fontaine

-Guéringrad, de et par Sticky Snake

-Suite pour bouzouk, danse et chant, par Titi Robin, Gulabi Sapera, Jose Montealegre

-From Little Things Big Thing Grow, de et par Paul Kelly

 

Cette émission est à écouter mardi 26 octobre à 18h, mercredi 27 octobre à 8h et samedi 30 octobre  à 16h sur Radio Saint Affrique.

2 commentaires

  • par : Genevieve le : 24/10/21 à 22:02

    Merci pour cet entretien !
    Mais quelle belle personne , Solène .
    Ses propos ont particulièrement résonnés en nous ( Gérard , tout comme moi )
    Merci à toi , Merci à Solène .
    Geneviève et Gérard .

  • par : Helene le : 26/10/21 à 09:41

    Je viens d'écouter …. Cette Solène est extraordinaire !!
    Hélène

Laisser un commentaire :

L'ÉCOL' EAU GRAINES

émission du 28/09/2021 nombre de lectures : 132 lectures

DU RÊVE A LA RÉALITÉ

 

Les micros de Dissonances sont aujourd’hui dans le Morbihan, en Bretagne ; à Questembert plus exactement.

A l’ombre du marronnier géant de la cour de récréation de l’École’Eau Graines, les deux enseignantes-éducatrices, Céline Dolo et Cécile Evrard, évoquent pour nous les cheminements qui les ont conduit à se battre pour créer leur école, une école hors les murs, une école où les enfants revivent, apprennent avec plaisir, à leur rythmes, vont de découvertes en découvertes et se forgent une éthique de vie au contact des réalités d’aujourd’hui.

Dans Dissonances, d’autres voix s’ajoutent aux voix de Céline et Cécile, on y entend, les enfants, les parents aussi, et même un enseignant-poète, Jean Pauly.

Durant près d’une heure, il sera question de pédagogie Freinet, de Maria Montessori, d’urgence écologique, de l’école d’État aussi appelée Éducation Nationale,  de constat d’échec des grosses structures pédagogiques aux airs d’élevage en batterie, …et même d’œufs qui naissent dans les frigos…

Dissonances vous invite, l’espace d’une heure, à vous laisser porter par l’énergie de Céline Dolo et Cécile Evrard, et vérifier ainsi  que le rêve peut devenir réalité… EEG

 

L’Écol ’ Eau Graines

Contact :  ecoleaugraines@gmail.com

Présentation du projet (You Tube)

Article Ouest France

 

 

Couleurs musicales :

– Aldebert – La vie c’est quoi…

– Anne Sylvestre – Berceuse pour rêver

– Las Lloronas – La bruja Mariposa

– HK – Toi et moi, ma liberté

– Simon & Garfunkel – The sound of silence

 

Cette émission est à écouter mardi 28 septembre à 18h, mercredi 29 septembre à 8h et samedi 2 octobre  à 16h sur Radio Saint Affrique.

Vous pouvez la télécharger à votre guise sur le site Dissonances. OVH ainsi que sur la page internet de Radio Saint Affrique.

Écrire un commentaire

Laisser un commentaire :

Compagnie ANNAMAE

émission du 29/06/2021 nombre de lectures : 48 lectures

ALORS, ELLES NE SONT PLUS QU'UNE FLAMME...

AMAnnaMaé, deux danseuses chorégraphes interprètes au style sensible, percutant et singulier, plaçant l’émotion et les racines au cœur de leur travail artistique, empli d’humanité.

L’une, Anna Beghelli, vient d’Italie, l’autre, Maé Nayrolles, de France; l’une vient du hip-hop, du contemporain, l’autre de l’univers du classique.

Les voir évoluer sur scène, c’est approcher le sensible, c’est voir évoluer l’éphémère, sans poids ni attaches. Elles donnent à vivre et à voir ce que le monde, devenu trop dur, ne nous donne plus…des moments d’amour pur empreint de fureur de vivre. L’une d’elle se charge toujours de conduire l’autre, « comme dans l’érotisme » dirait Milan Kundera. Les influences venues des danses hip-hop, contemporaines et classiques se mêlent pour explorer la difficulté et la complexité d’être.

Dévoilant des performances magnétiques, Maé mène, Anna suit. Leurs corps vibrants s’entremêlent dans une chorégraphie inventive, introspective et universelle. Elles ne sont plus, alors,  qu’une flamme. Puis Anna réapparait, avec Maé, l’autre face de son miroir. De cette chorégraphie surgit une force invisible, une présence magnifiée par l’unique AnnaMaé. Ces deux artistes vivent la danse, elles sont grandes à cause de leur passion commune, et nous parlent en silence, sans un mot, pour nous faire découvrir les singularités et les univers de chacune d’elles, interrogeant, à travers leur esthétique épurée et féérique, leur condition de femme, en quête de leur identité,

Nous retrouvons Anna Maé en pleine répétition de leur spectacle Moon…au théâtre de la Baleine, à Onet le Château, en Aveyron

Sur scène leur musicien Michel Ribal fait vibrer ses tambours japonais,… le noir se fait,… la lumière effleure les silhouettes des danseuses,… et nous, nous faisons tout petit,  pour rentrer dans l’univers poétique de la Cie AnnaMaé .


La Compagnie AnnaMaé

Contact : annamae@mailo.com

https://www.helloasso.com/associations/compagnie-annamae

ANNAMAE, vidéo de Valentin Bécouze

Workshop AnnaMaé, vidéo de Romain Cabries

ANNAMAE x Kiraso

Couleurs musicales :

– Gianmaria Testa – Lasciami Andare

– Luz Casal – Historia de un Amor

– Anne Sylvestre – La java des assediques

– Saodaj ‘ – Pokor Lèr

– Danser encore – HK ; reprise de « Les petites mains »

Cette émission est à écouter mardi 29 juin à 18h, mercredi 30 juin à 8h et samedi 3 juillet à 16h sur Radio Saint Affrique.

Vous pouvez la télécharger à votre guise sur le site Dissonances. OVH ainsi que sur la page internet de Radio Saint Affrique.

Écrire un commentaire

Laisser un commentaire :